samedi 10 octobre 2009

Kaus Primera, ou le Syndrome de la Moitié

Je suis victime d'une fâcheuse affection, le blocage à la moitié d'une histoire.

Cette année, j'ai ralenti les nouvelles pour tenter de me mettre sérieusement au roman, en revoyant mes ambitions à la baisse: maximum 300 000 ou 400 000 signes pour l'histoire complète. Décor réduit également: c'est un planet opéra. Ca oscille entre SF et Fantasy. Un titre provisoire: Kaus Primera. Un thème, plutôt classique: la colonie abandonnée, une civilisation retombée dans l'archaïsme pour un plus grand choc avec le retour de la technologie. Une structure en trois points de vues alternés: la même situation vue par trois personnages qui se croisent. Ce n'est sans doute pas la forme la plus évidente pour un premier roman mais cela s'est imposé à l'écriture.

Et me voilà à la moitié, avec mes 200 000 signes pondus, non corrigés. Et là, je bloque. C'est le noeud de l'histoire, le moment où tout bascule, où les choses s'accélèrent pour glisser vers le dénouement. Et depuis des semaines, sous le poids de cette responsabilité, je stagne au milieu de mon chapitre sans parvenir à avancer d'une ligne.
Du coup je digresse en écrivant des bouts de nouvelles peu inspirés (des moitiés, comme par hasard), jalousant ceux qui tiennent jusqu'au bout d'un bouquin. Allez, encore un haïku et je me remets à Kaus. Bon, deux haïkus, alors.

Ma victoire ne sera pas d'écrire quelque chose de publiable. Ce sera d'écrire quelque chose de terminé. Je vous tiens au courant.

4 commentaires:

boral a dit…

200 000 signes c'est déjà pas mal...Si ça peut te rassurer, j'en ai bien moins sur mon blog et je peine à avancer!
Courage! et n'hésite pas à faire lire si tu veux...

Phil Becker a dit…

Merci pour tes encouragements ! Je vais essayer d'avancer encore avant de faire lire le premier jet, histoire de ne pas corriger un début sans être sûr d'atteindre la fin.

(on a beau savoir que les Recalés sont la prochaine génération d'auteurs à succès, les étapes intermédiaires paraissent bien longues... ;)

boral a dit…

tiens a propos tu as vu dans l'antho, il y a un petit mot pour nous de Lehman! c'est le début de la gloire!

Phil Becker a dit…

J'ignorais ! Je cours l'acheter. Et je suis curieux de découvrir les textes retenus.