dimanche 25 février 2018

Fabriquer un établi robuste avec des palettes et des planches

Après les bibliothèques et l'échiquier, on passe à l'établi en Do It Yourself.


L'idée était d'obtenir un établi en deux parties (histoire d'enlever un des meubles si on doit rentrer la voiture dans le garage) sur mesure, avec du rangement, et surtout solide.

J'ai aussi voulu, par souci d'économie, utiliser du bois de palettes autant que possible. Autant je n'aime pas les meubles en palettes entières, qui font trop apparaître la structure, autant le réemploi des planches donne un aspect rustique appréciable.

Pour cet établi on aura besoin :

- De trois palettes, type Europe ou autre. Gratuit. (On en trouve certes en arrière de zones indus, de jardineries etc, mais là où j'en ai trouvé le plus c'est dans les lotissements en construction).

- De deux plateaux en bois massif épais, à faire couper en 50 x 110. J'ai pris du sapin par souci d'économie, mais si c'était à refaire, j'aurais opté pour un bois plus dur, de type hêtre. Le sapin marque facilement quand on bricole dessus.
Compter entre 50 et 100 euros selon le bois. Bien conserver les chutes !

- De trois planches ou plateaux premier prix, massif ou non. Deux à faire couper en 50 x 110, une en 30 x 110.
Compter environ 20 euros.

- Des tasseaux de grosse section (minimum 60 x 60) type carrelet, mais brut. La section n'est pas nécessairement carrée. En prendre assez pour y recouper 7 tasseaux de 1 mètre et 1 tasseau de 2 mètres. Compter environ 60 euros.

- Deux tasseaux de 2 mètres, petite section (section rectangulaire dimension sans importance). Compter environ 10 euros.

- Ensuite selon la méthode : des tire-fonds, des rondelles, des vis, des clous de petites équerres, une scie sauteuse ou circulaire, une perceuse visseuse, une ponceuse (ou des outils à main pour ceux qui ont du temps à tuer).

La construction pas à pas :

1 - On commence par dépiauter les palettes. Internet regorge de tutoriaux divers pour le faire. Pour ma part je les retourne, je frappe les dés avec une massette et sépare au pied de biche. Il faut ensuite frapper les pointes de clou pour les faire sortir de l'autre côté. Pour éviter que les clous se tordent, les raccourcir d'abord un peu à la tenaille. On recoupe ensuite les planches de palettes de sorte d'avoir :
- 16 planches de 110 cm.
- 12 planches de 45 cm.
- 3 planches de 30 cm.


2. On assemble les planches de 110 avec les planches courtes, bord à bord, de manière à obtenir 4 cadres d'environ 110 x 47 et un cadre d'environ 110 x 32. (la largeur a peu d'importance, elle varie selon l'épaisseur des planches).



3 - On fait passer les gros tasseaux à l'intérieur des cadres, on les visse avec des tire-fonds et des vis, en s'aidant de cales, de serre-joints et d'un niveau à bulle pour que ce soit à peu près droit. L'unique tasseau de 2 m ira dans un coin et servira à supporter le toit de l'établi.



4 - Installation du petit cadre pour former le toit, reposant d'un côté sur le carrelet de 2m et de l'autre sur les deux petits tasseaux de 2m. L'intéret d'avoir un seul carrelet supportant le toit est de ne traverser le plateau principal qu'en un point : on maintient ainsi un maximum de surface de travail et une continuité avec le second établi qui viendra à côté.


5 - Avec une chute d'un plateau, on ajoute un renfort façon équerre, et des planches de 110 à la manière de barreaux, qui serviront à suspendre les outils. On ponce le tout grossièrement. J'ai commencé ensuite à teinter le bois avec un reste de lasure pin d'Oregon (Syntilor), pour obtenir un contraste avec les plateaux en sapin.


6 - Même punition avec un deuxième établi qui viendra dans le prolongement, mais sans partie haute.


7 - Puis installation des plateaux, avec découpes à la scie sauteuse quand ils doivent s'insérer entre les carrelets. Les plateaux sont maintenus par en-dessous, avec de petites équerres et des vis.


8 - Ce n'était pas prévu, mais ici j'ai eu l'idée en cours de route d'utiliser une chute d'un des plateaux pour faire un fond et éviter que des objets ne tombent derrière. J'en ai profité pour y percer des cavités afin d'y glisser des outils. La chute de sapin est fixée sur le plateau par en-dessous, avec des tire-fonds.


9 - Application d'un reste de vitrificateur, à défaut de vernis, vissage d'une réglette de cuisine pour l'éclairage et résultat quasi final. L'espace entre les deux établis me permet d'y passer la lame d'une scie sauteuse pour les découpes. Reste à aménager le bas des meubles - étagères, tiroirs etc - et installer des suspensions pour les outils. A vous de jouer !


Deux jours plus tard, peaufinage en cours :





Aucun commentaire: