dimanche 2 juin 2013

Deux ans de journalisme

Il y a un peu plus de deux ans, j'avais quitté l'Education Nationale et je découpais des couvertures à bulles pour piscine, au ciseau et à genoux, jusqu'à m'éclater les rotules. Quand on m'a proposé un essai dans l'hebdo local, je me suis dit que ça ne durerai que le temps de l'essai. Pas grave, il me fallait une raison de lâcher les ciseaux.
Aujourd'hui, à défaut de vivre de ma passion, je dois bien reconnaître que je vis de ma plume. Avec le week-end entre deux numéros, le journal est toujours là, dans l’esprit, jamais terminé. Un puits sans fond qu’il faut sans cesse remplir d’idées. Et puis le mois dernier, je trouve quelques heures pour écrire une nouvelle fantastico-policière en me servant d’un reportage de deux jours réalisé avec la police et la gendarmerie scientifiques. J’avais déjà mon personnage, mon enquêtrice. Je n’ai eu qu’à la jeter sur une affaire. J’ai alors feuilleté mes vieux numéros. Ils sont là, les héros de mes futurs récits. J’ai revu ces personnes que j’observais des heures durant sur le banc presse de la cour d’assises, ces gens qui ont tué, violé, séquestré. Elles sont là, mes personnalités complexes, mes Némésis. J’ai rassemblé les pages portraits avec des sportifs, inventeurs, artistes au parcours à peine croyables. Ils sont là, mes rebondissements. Aurais-je seulement osé mettre les pieds dans une synagogue, une mosquée, une salle de conseil municipal, un tribunal, dans une caserne ou à la lisière d’un incendie sans ce boulot ? Alors, emploi alimentaire peut-être, mais formidable source de matière. Aiguillon, aussi, qui maintient le rythme. Pour chaque numéro, je dois trouver une vanne pourrie parce que je me suis engagé à produire un strip de quatre cases façon roman photo. Quatre rédacteurs du journal vus de dos censés représenter l’ambiance au bureau avant le bouclage avec les blagues vaseuses sur les sujets en cours... Aiguillon parce qu’on est un hebdo et qu’il faut avoir quasiment une semaine d’avance sur un scoop pour espérer griller un quotidien ou un site internet. Il arrive que l’on bosse des semaines sur un reportage pour voir le dossier repris par un autre média le jour de l'impression. Mais quand on est les premiers, quand on révèle un scandale, voire, et ça arrive, quand on fait bouger les choses pour des gens dont nous étions le dernier recours, c’est quand même bon. Et les dossiers réalisés en équipe, cet effet groupe qui a fini par naître, ou les paris en paquets de bonbons qu’on fait sur la présence ou non des tics verbaux du rédac-chef dans ses papiers... Tout cela compense parfois l'omniprésence d'un journal qui envahit jusqu'à votre vie privée.

Je dois pouvoir faire quelque chose de tout ça, c’est ce que je me répète. Je dois pouvoir en faire quelque chose, il faut seulement trouver le bon angle.

On m'a reporté en plein reportage... 
Ici la technique hasardeuse de l'appareil photo par dessus la foule

5 commentaires:

Sylvain a dit…

Excellent. Mais bien sûr que tu peux en faire quelque chose.

Phil Becker a dit…

Ouais. Le temps, toujours le temps, c'est ce qui manque, au final. Et le pognon, pour avoir du temps ^^ Je croyais qu'écrire c'était avoir une île privée, un notebook sur les genoux dans un transat et une éditrice en bikini qui vient apporter des coktails sous le cocotier en gloussant. J'ai du manquer une étape.

Sylvain a dit…

Ce qui écrit dans les conditions que tu viens de décrire, ça ne m’intéresse pas de le lire. Par contre, ce que tu finiras par sortir avec l’expérience de la vie que tu te forges, ça va m'intéresser.
Tu peux aussi commencer par écrire sur ce que tu vis, genre journal des absurdités, pour te faire du matériau, sans que ça aie une visée commerciale. Juste histoire d'écrire sur le quotidien. Ensuite, je te verrais bien dans le polar (genre que tu aimes bien, si je ne m'abuse), quand tu auras digéré tout ce que tu es en train de vivre. Enfin, il ne te reste plus qu'à épouser une éditrice très riche, qui possède une île privée (ça doit bien exister).
En fait, ce qui me motiverait, ce serait peut-être juste un projet, pour bosser le weed-end, tranquillement.

PS : c'est vraiment chi..t le capcha pour poster les commentaires.

Sylvain a dit…

Erratum : ce qui TE motiverait

(capcha again)

Phil Becker a dit…

Le polar, je commence à peine à découvrir, je suis totalement néophyte du genre. Un journal des absurdités, oui ça fait un moment que j'y pense. Ian Levison a fait un carton avec son "tribulations d'un précaire" aux USA.
Pour le captcha je ne sais pas comment l'éviter - sauf si tu te connectes avec un compte google, là il ne te le demande pas - je vais regarder dans les options de blogger.